Observatório Trabalhista em São Paulo

https://www.tdg.ch/monde/ameriques/machiste-homophobe-raciste-trump-bresilien-cartonne/story/21919697

Jornal suíço acusa Bolsonaro de machismo, homofobia e racismo

Por Miguel do Rosário

30 de julho de 2018 : 12h03

No  Tribune de Genebre

Machiste, homophobe et raciste, le «Trump brésilien» cartonne

À deux mois et demi de l’élection, Jair Bolsonaro, député d’extrême droite nostalgique de la dictature, rêve de la présidence.

Par Cathy Macherel
29.07.2018

Le Brésil, pays de plus de 200 millions d’habitants, 6e puissance économique mondiale, se donnera-t-il un évangélique ultraconservateur pour président? Jair Bolsonaro, candidat du Parti social-libéral, crée la stupeur à quelques jours du 5 août, date limite pour l’investiture des candidats à l’élection très incertaine qui se tiendra en octobre. Cet homme-là est en tête des intentions de vote avec une cote de 17% (l’ancien président Lula est certes à 33%, mais il a été déclaré inéligible). L’ultraconservateur a peut-être déjà fait le plein des voix, mais il est devenu le symbole d’un Brésil toujours plus fracturé. Car à l’autre bout des courants dominants, Lula, derrière les barreaux suite à sa condamnation pour corruption, se dit toujours candidat à l’élection présidentielle et rallie les classes modestes.

«Pour le colonel Carlos Alberto Brilhante Ustra, pour l’armée, et avant tout pour Dieu, je vote oui.» Ainsi s’était exprimé le député fédéral Jair Bolsonaro au moment de voter le déclenchement de la procédure de destitution de la présidente Dilma Rousseff, le 17 avril 2016. L’anecdote en dit long sur le personnage: le colonel Ustra s’est vu attribuer par un tribunal civil la mort de 60 détenus durant la dictature militaire, de 1964 à 1985. L’homme avait torturé en personne Dilma Rousseff. En le citant, le député Bolsonaro venait donc de faire l’apologie de la dictature et de la torture, à la Chambre des députés et devant des millions de téléspectateurs.

Caricaturalement ultra

Misogyne, raciste, homophobe, Jair Bolsonaro, 63 ans, originaire de l’État de São Paulo mais ayant bâti sa carrière politique a Rio de Janeiro, cumule toutes les caractéristiques d’un bon populiste. Pour son style et ses idées, il est souvent comparé à Donald Trump. Ses frasques font régulièrement la une des médias. Élu député à Brasília depuis 1991 en changeant au moins cinq fois de parti, il a eu le temps de les multiplier. En 2014, il avait lancé à une députée de gauche: «Jamais je ne te violerai, parce que tu ne le mérites pas…» Il défend l’idée que les femmes devraient être payées moins parce qu’elles peuvent tomber enceintes. Il étale son racisme jusque dans les shows télévisés. Il a par exemple clamé que ses fils – tous trois engagés en politique – ne sortiraient jamais avec des femmes noires «parce qu’ils ont été bien éduqués». Il est pour le rétablissement de la peine de mort et veut armer chaque «honnête citoyen», comme aux États-Unis. Il défend aussi la torture pour les trafiquants de drogue et les mauvais traitements infligés aux enfants «si ceux-ci présentent des tendances homosexuelles».

Une parole libérée

En 2016, ce catholique s’était converti à une Église baptiste évangélique, en prenant soin de faire filmer son baptême dans les eaux du Jourdain. Un joli coup pour ses ambitions politiques. Ses principaux soutiens se recrutent au sein de trois secteurs clés au Brésil: les courants évangéliques, l’armée et l’agrobusiness.

Longtemps considéré comme un trublion au poids politique marginal, ce capitaine de réserve a profité d’un contexte favorable pour se placer dans la course, se forgeant une image de bon chrétien, de patriote et d’homme intègre dans un Brésil rongé par la corruption et la violence. Et devant l’hypothèse d’un retour en politique de l’ex-président Lula, il s’est positionné comme l’homme qui peut faire barrage à ce «communisme» qu’il exècre.

«Bolsonaro est le produit d’une parole ultraconservatrice qui s’est libérée dans le pays, en lien avec la crise économique et la perte de confiance des Brésiliens dans leurs élites», souligne le politologue Gaspard Estrada, directeur de l’Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes, à Sciences Po (Paris). «Il rallie des voix dans les classes moyennes et aisées du sud du pays, et auprès d’une partie de la jeunesse adhérant à l’ultralibéralisme.» Mais pour l’expert, le phénomène, bien que bénéficiant de puissants relais, ne va pas durer: «Bolsonaro aura beaucoup de mal à nouer des alliances, les milieux d’affaires ne le soutiennent pas. Or, traditionnellement, le Brésil se gouverne au centre, et il est très difficile de changer cette donne.»

Les penchants militaro-nationalistes du candidat sont un sérieux handicap pour rallier le soutien des milieux d’affaires. Pas besoin, d’ailleurs, de le pousser beaucoup pour qu’il dévoile ses faiblesses. Le jour du lancement officiel de sa candidature à la présidence, dimanche 22 juillet, Jair Bolsonaro avouait sans complexe dans une interview à «O Globo» ne rien connaître à l’économie, mais soutenait qu’il saurait se faire conseiller par ses gourous. Il avait aussi dit précédemment qu’il verrait bien, pour gérer le pays, quelques militaires à des postes clés.

Lula en prison, mais toujours devant

Plus de 5000 personnes ont participé ce samedi au festival «Lula libre» organisé à Rio de Janeiro pour réclamer la libération de l’ex-président Lula, incarcéré pour corruption. Une quarantaine d’artistes, dont Gilberto Gil et Chico Buarque, s’y sont produits. L’ex-président Lula, condamné à une peine de douze ans de prison et incarcéré depuis le mois d’avril, se dit toujours le candidat à la présidentielle du Parti des travailleurs. Et il caracole en tête des sondages, avec 33% des intentions de vote. Depuis sa cellule, il dénonce un complot politique. Interdit d’expression à la radio et la télévision, Lula a fait paraître le 19 juillet dans la «Folha de San Paulo» une lettre ouverte au peuple brésilien, énumérant les maux qui accablent le pays et accusant ceux qui l’ont mis en prison pour le «faire taire». «Je peux être physiquement dans une cellule, mais ceux qui m’ont condamné sont en réalité les prisonniers du mensonge qu’ils ont construit», écrit-il. Lula avait notamment été accusé d’avoir touché un pot-de-vin sous la forme d’un luxueux appartement, en lien avec le scandale Petrobras. «Mais la justice a tranché en admettant qu’il n’y avait pas preuve formelle. Cette condamnation a une dimension politique», note le politologue Gaspard Estrada. Tout porte à croire que la justice électorale va invalider sa candidature en vertu d’une loi qui rend inéligible toute personne condamnée par une cour d’appel. Mais au Brésil, un rebondissement n’est pas à écarter. «Il reste encore à Lula des possibilités de recours, tout n’est donc pas terminé», relève Gaspard Estrada. C.M. (TDG)

Miguel do Rosário

Miguel do Rosário é jornalista e editor do blog O Cafezinho. Nasceu em 1975, no Rio de Janeiro, onde vive e trabalha até hoje.

Apoie O Cafezinho

Crowdfunding

Ajude o Cafezinho a continuar forte e independente, faça uma assinatura! Você pode contribuir mensalmente ou fazer uma doação de qualquer valor.

Veja como nos apoiar »

8 comentários

Os comentários aqui postados são de responsabilidade exclusiva de seus autores e não representam a opinião do site O CAFEZINHO. Todos as mensagens são moderadas. Não serão aceitos comentários com ofensas, com links externos ao site, e em letras maiúsculas. Em casos de ofensas pessoais, preconceituosas, ou que incitem o ódio e a violência, denuncie.

Escrever comentário »

Marcelo Silva

31 de julho de 2018 às 04h38

Influencia da Suica na Democracia Brasileira?Lembra a historia da Russia com os EUA. Se acharem alguma ligacao desse jornalista com partidos brasileiros poderá virar mais uma bomba que favorecerá a direita.
Melhor nao bobear, estamos na era da vigilancia digital

Responder

robertoAP

30 de julho de 2018 às 17h45

A diferença dele para Trump, é que a maior torre que já construiu,foi uma casinha de 1,5 m para um cão dinamarquês, não tem nem jatinho de brinquedo, não tem estudo nenhum e mora num país tropical terceiro mundista, vivendo atualmente mais uma ditadura,desta vez comandada pela Justiça , ladrões dos outros 2 poderes e empresários vigaristas.

Responder

João Ferreira Bastos

30 de julho de 2018 às 17h38

O terrorista está ficando famoso no exterior

Responder

    Marcelo

    30 de julho de 2018 às 18h23

    Lula também, só que como corrupto !

    Responder

      Rosa

      30 de julho de 2018 às 21h27

      Engano seu.
      Lula é bem visto no exterior.
      Lá fora eles não são tontos.
      Para os estrangeiros Lula foi o presidente que tirou o Brasil do mapa da fome e que deu prioridade às classes mais pobres.
      Afirmam que sua prisão é injusta e foi preso por perseguição política.
      E a mídia brasileira persegue Lula e seu governo e protege outros partidos mais corruptos.
      Lula foi considerado pela Corte Internacional como preso politico.

      Responder

        Everson

        31 de julho de 2018 às 12h53

        Bem…quando lula foi declarado preso político? O próprio palácio do planalto em 2010, quando o referido imóvel ainda não havia sido reformado, declarou a propriedade do mesmo pela família lula. É fácil ver isso, é só procurar se realmente quiserem ver. E para que se interessar pode ver os possíveis usos para o termo “laranja”. Nem todos querem ver…ou não tem interesse em ver…

        Responder

      jochann daniel

      30 de julho de 2018 às 23h08

      Não adianta
      comentar com você,
      que é bandido pago
      pelos nossos inimigos,
      em dólares.
      Mas Lula,
      segundo os mais primários juristas
      que analisaram
      o processo
      é absolutamente inocente,
      sem nenhum crime
      que o incrimine.
      Só é tido como bandido
      porque a Mídia
      (Globo à frente),
      que trabalha
      para nossos inimigos
      o criminalizou.
      O resto são canalhas
      como você
      fazendo força no Cafezinho
      para que as pessoas acreditem
      no que a Mídia fala
      sobre Lula….
      Pessoas traidoras da própria pátria,
      como você

      Responder

        Jochann Daniel

        31 de julho de 2018 às 11h54

        Em tempo:
        “Marcelo”
        também trabalha
        no Cafezinho
        pago em dólares pelo inimigo
        (o INSTITUTO)
        para manchar
        a imagem de Lula
        e do PT
        sob as alcunhas
        de “Brasileiro da Silva”,
        “Sergio Sete”,
        “Marcos”
        e muitas,
        muitas outras….

        Responder

Deixe uma resposta

x